Passer l'introduction

Georges Primo

Georges Primo

En ce jeudi (déjà) 18 avril 1924, naît à Schaerbeek, un bébé à tous les autres pareils, sauf que celui dont nous parlons sera appelé Georges, Charles, André Primo.

Faisons un bond en avant et passons sous silence les études primaires et secondaires bien que remarquables et attardons-nous un instant à l'année 1949, juillet pour être précis, pour voir Georges Primo proclamé docteur en médecine, chirurgie et accouchements avec "grande distinction".

Le 1er août de la même année le voit entrer comme assistant au service de la chirurgie générale de l'hôpital civil de Schaerbeek sous la direction du docteur Jodogne.

Dès 1959, bénéficiant de son expérience du laboratoire (il s'intéresse déjà à l'étude et à la technique de circulation extracorporelle : étape indispensable pour la chirurgie à coeur ouvert), Georges Primo contribue activement aux opérations à coeur ouvert réalisées à l'hôpital Brugmann.

1959 est également l'année de sa nomination d'adjoint.

1961-1962 verra le docteur Primo parfaire sa spécialisation dans le département de chirurgie cardio-vasculaire de Baylor College of Medicine sous la direction des professeurs De Bakey et Cooley au Texas Medical Center à Houston aux Etats-Unis.

Avril 1962 sera le retour du docteur à l'hôpital Brugmann où il sera affecté plein-temps à la clinique de chirurgie cardiaque dirigée par le professeur Jean Govaerts.

Celui-ci décède inopinément en mars 1963 et c'est son successeur, le professeur Jean Van Geertruyden qui charge Georges Primo de la direction de la clinique de chirurgie cardiaque à l'hôpital Brugmann ; quelques années plus tard, il est nommé chef de clinique : nous sommes le 1er novembre 1967.

L'étroite collaboration qui existe entre le service de cardiologie du professeur Jean Lequime à l'hôpital Saint-Pierre de Bruxelles d'une part, et la clinique de cardiologie du docteur Jean Enderle à l'hôpital universitaire Brugmann d'autre part, permettra à la clinique de chirurgie cardiaque de se développer rapidement et de devenir un des premiers centres dont les performances et résultats égalent ceux des meilleurs centres européens et américains.

Le jeudi 23 août 1973, Georges Primo réalise la première transplantation cardiaque en Belgique.

Le "receveur" est en réalité une femme : Hortense Deville-Vrancken, une couturière âgée de 51 ans et domiciliée rue des Fruits, 69 à Anderlecht. Le donneur, Alberto Carlo Racano, est un mineur italien de Quaregnon, âgé de 43 ans. La transplantée survivra plus ou moins sept mois.

Un deuxième patient mène une vie presque normale pendant pratiquement un an ; un troisième décède d'un rejet aigu après quelque trois semaines.

Le docteur Primo décide alors d'arrêter provisoirement le programme des transplantations cardiaques et d'attendre avec prudence que la science progresse pour pouvoir raisonnablement reprendre les tentatives de façon à assurer aux patients le maximum de garanties.

Il lui faudra ainsi cinq longues années. C'est en effet en décembre 1981 que le professeur Primo qui aura accumulé durant toutes ces années les titres les plus élogieux (voir plus bas), relance le programme des transplantations cardiaques.

Après de substantielles améliorations dans le domaine de conservation de l'organe à opérer et celles concernant la machine à circulation extracorporelle elle-même, le grand pas en avant vient de Suisse où un produit nouveau révèle des propriétés étonnantes dans le domaine de l'immunosuppression.

Découverte en 1970, contrôlée et expérimentée aux Etats-Unis par le professeur Norman Shumway qui obtenait des résultats très prometteurs avec quelques patients transplantés, la firme Sandoz décide d'intensifier la fabrication et de commercialiser son "médicament miracle", comme on l'a souvent appelé. La ciclosporine, issue d'un champignon norvégien, était née. Elle sera disponible en Belgique début 1982.

Le rythme s'accélère dès lors et la réussite est plus que prometteuse.

Le 24 août 1983, le professeur Primo réalise la première transplantation coeur-poumons en Belgique à l'hôpital Erasme sur une femme d'une trentaine d'années ; c'est en fait une des toutes premières opérations de ce type en Europe.

Je m'en voudrais si je ne citais aussi l'exploit du 9 février 1989 qui est encore dans toutes les mémoires, le professeur Primo réalise ce jour-là trois transplantations cardiaques dont l'un des trois patients est un ami, membre de l'ANGC depuis.

Il fut anobli baron par le roi Albert II de Belgique le 12 février 1999. Sa devise est Mon Devoir avant mon Droit.

Ses distinctions :

  • Grand officier de l'ordre de Léopold
  • Officier de l'ordre de Léopold II
  • Grand officier de l'ordre de la Couronne

D'après l'article de Guillaume Demayer paru dans le journal de l'ANGC n° 28, juin 1993

Partager :